SPORT

Imprimer

Entretien avec Philippe Streiff, ancien pilote de F1

on .

 

« Les dernières mesures prises par le Gouvernement lors du dernier Comité Interministériel de la Sécurité Routière, le 11 mai 2011, aussi impopulaires soient-elles, demeurent nécessaires »

 

streiff

Ancien pilote de Formule 1, Philippe Streiff a vu sa vie basculer le 15 mars 1989, à Rio de Janeiro. Victime d'un grave accident lors d'une séance d'essais d'avant-saison, le coureur a été pris en charge par les secours brésiliens qui l'ont arraché de son habitacle, laissant le champion français tétraplégique. Ce terrible coup du sort n'a pourtant entamé en rien la passion que Philippe Streiff voue aux sports mécaniques. En 1993, notre homme est d'ailleurs parvenu à réunir pour la première – et hélas dernière – fois sur une piste de karting les deux légendes de la Formule 1 : Alain Prost et Ayrton Senna. Les 10 et 11 décembre prochains, Philippe Streiff reprendra d'assaut le Palais Omnisports de Paris Bercy. Les grands noms du sport automobile se sont en effet donné rendez-vous pour se défier au volant de karts électriques sur un circuit indoor, ce qui laisse augurer des explications au couteau. Pour Agents d'entretiens, Philippe Streiff nous dévoile en avant-première les préparatifs de ces ERDF Masters Kart.

Vous préparez actuellement les ERDF Masters Kart en décembre prochain à Bercy. Le passage aux Karts électriques ne risque-t-il pas d’offrir un spectacle moins palpitant ?
Non, au contraire, il s’agit d’un sport-spectacle qui, à l’époque, avait deux inconvénients majeurs : un bruit trop important en indoor, et la fumée… Grâce à ce 1er kart électrique de compétition au monde, fun et ultra-performant, développé depuis deux ans par Sodikart [ndlr : leader mondial du karting de loisir et de compétition], nous gommons ces deux problèmes : plus de fumée et un son innovant que nous allierons avec de la musique pour un show encore plus palpitant !

Pour le pilote, que va changer cette nouvelle motorisation au niveau de la conduite ?
Après les essais effectués par Jean-Éric Vergne [ndlr : pilote d’essais de l’Écurie Red Bull F1] sur la piste familiale du RKC, près de Pontoise, et ceux effectués récemment au Mans par Sébastien Bourdais [ndlr : pilote Indy et Peugeot en Endurance], nous avons aujourd’hui la certitude que notre kart est aussi performant, si ce n’est plus, que les karts thermiques utilisés à l’époque à Bercy, notamment au niveau du couple à bas régime, ce qui est un avantage supplémentaire pour une piste sinueuse comme celle du Palais Omnisports de Paris-Bercy…

Pensez-vous que l’électricité soit un avenir obligatoire pour l’automobile ?
Oui, j’y crois beaucoup en zone urbaine et cela rejoint d’ailleurs l’une de mes missions au ministère des Transports* aujourd’hui, c'est-à-dire redonner une nouvelle mobilité électrique aux personnes handicapées, suite à un accident de la route… D’ailleurs, notre partenaire et propriétaire du POPB, la Mairie de Paris, lancera à la fin de l’année un service « Autolib’ » avec des véhicules urbains 100 % électriques !
* Conseiller technique handicap auprès de la déléguée interministérielle à la Sécurité routière au sein du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL)

Pour beaucoup, le kart à Bercy rime avec le duel Prost/Senna, deux pilotes exceptionnels que vous aviez réunis en 1993. Quels souvenirs gardez-vous de cet événement ?
Effectivement, avec Hervé Bodinier, mon associé qui était déjà à mes côtés en décembre 1993, nous gardons un souvenir ému de ce dernier duel de l’histoire entre Alain Prost et Ayrton Senna, le premier venant d’abandonner la Formule 1 après son 4e titre mondial et le second, vêtu de sa combinaison blanche – car il se trouvait entre deux contrats [ndlr : McLaren-Honda Shell et Williams-Renault Elf] – qui s’est malheureusement tué moins de quatre mois après cette 1ère édition des Masters de Karting indoor à Bercy… Je me souviens aussi du vibrant hommage rendu par tous les pilotes de F1 présents l’année suivante, dont Michael Schumacher, Emmanuel Collard et Alain Prost sur le podium !

Les deux pilotes s’étaient-ils facilement laissé convaincre de participer à cet événement ?
À l’époque, le karting indoor n’existait pas. Cela n’a donc pas été facile de convaincre les sponsors et les pilotes de nous rejoindre. Cependant, ayant été pilote ELF en Formule 1 avant mon accident, le groupe pétrolier m’a aidé dans ma reconversion en m’accordant sa confiance, mais à une seule condition : qu’Alain Prost soit champion du monde et présent... Ce fut le cas car, lorsque je lui en ai parlé, Alain m’a tout de suite apporté sa caution, et Ayrton Senna, qui adorait le karting, m’a immédiatement assuré au Grand Prix de F1 de Monza, en septembre 93, qu’il viendrait affronter une dernière fois son rival de toujours, d’autant plus qu’Alain Prost venait d’annoncer sa retraite !

La rivalité Prost/Senna qui s’est, vers la fin, muée en profond respect mutuel, reste-t-elle pour vous l’une des grandes pages de l’histoire de la F1 ?
Oui, bien évidemment. Mais il y en a eu d’autres, notamment celle de la rivalité entre Nigell Mansell et Nelson Piquet chez Williams-Honda, ou plus récemment, le duel entre Fernando Alonso et Lewis Hamilton chez McLaren-Mercedes… Ce n’est pas un hasard car tous ces pilotes sont devenus champions du monde de F1, et il était difficile, pour ces talents exceptionnels, de cohabiter dans la même écurie !

Quels sont les pilotes que vous espérez réunir lors de ces ERDF Masters Kart de décembre à Bercy ?
Comme nous l’avons déjà annoncé le 3 mai dernier, lors de notre conférence de presse des « ERDF Masters Kart », nous aurons le plaisir d’accueillir les pilotes de plusieurs générations et de plusieurs disciplines des sports mécaniques (F1, Rallye, Endurance, GP Moto) : David Coulthard, Kimi Räikkönen, Sébastien Ogier, Sébastien Bourdais et Jean-Éric Vergne nous ont déjà assurés de leur présence ! Nous allons très prochainement annoncer d’autres pilotes. Ce qui m’a donné l’opportunité de relancer ces Masters cette année, c’est également le fait que 11 des pilotes de Formule 1 de la grille 2011 ont participé à Bercy, et que les Juniors de l’époque sont aujourd’hui tous en F1 : Jenson Button en 1997, Fernando Alonso en 1998, Robert Kubica en 1999, Lewis Hamilton en 2000 et Sebastian Vettel en 2001, vainqueur devant Nico Hülkenberg ! Je compte donc beaucoup sur ces jeunes pilotes de F1, qui sont tous unanimement enthousiastes à l’idée de revenir à Paris-Bercy. Il me reste encore à convaincre certains managers et directeurs d’écuries…

Quel regard portez-vous sur la F1 version 2011 ?
C’est une saison très intéressante, notamment grâce aux deux nouveautés techniques que sont le SREC (Système de Récupération de l’Energie Cynétique) et le DRS (aileron mobile arrière), favorisant les dépassements… De plus, malgré la domination de Sebastian Vettel et de sa Red Bull-Renault, les écuries sont très proches en performance, comme viennent encore de le démontrer Ferrari et McLaren lors des deux derniers GP de Monaco et de Montréal. Cette fin de saison s’annonce passionnante… avec les « ERDF Masters Kart », un véritable Grand Prix à Paris !

Ne trouvez-vous pas un certain manque de charisme chez les pilotes actuels par rapport à leurs aînés ?
Non, mais il est vrai qu’ils sont de plus en plus jeunes et entourés de managers qui mettent souvent des barrières entre leur pilote et le public… En revanche, lorsque l’on a la chance, comme moi qui les ai connus très jeunes, de les côtoyer directement dans les paddocks ou à l’extérieur – notamment ceux qui ont couru en catégorie « Junior » à Paris-Bercy –, ils restent très accessibles et passionnés.

Pour quelles raisons le karting est-il, selon vous, une merveilleuse école de pilotage ?
Comme dans tous les sports, vous remarquerez que les champions ont acquis, dès le plus jeune âge, les bons réflexes de leur discipline, car le cerveau d’un enfant est une « éponge »… Le karting est la première marche du sport automobile, et il est normal que les meilleurs pilotes en soient issus !

En 2007, vous avez été nommé conseiller technique au ministère des Transports, au sein de la direction de la Sécurité et de la Circulation routières. Que pensez-vous des dernières mesures du gouvernement concernant la suppréssion des panneaux signalant les radars ?
Depuis 2002, les limitations de vitesse ont permis de réduire de 50 % les morts sur les routes de France. Aussi, les dernières mesures prises par le gouvernement lors du dernier comité interministériel de la Sécurité routière, le 11 mai 2011, aussi impopulaires soient-elles, demeurent nécessaires, à condition que ces limitations de vitesse soient légitimes… À savoir, que les radars soient placés aux bons endroits (zones dangereuses) avec des limitations raisonnables : pour que les règles soient respectées, il faut qu’elles soient respectables !

Gardez-vous encore de la rancœur envers les secours brésiliens, accusés d’avoir aggravé vos blessures lors de votre terrible accident de 1989 ?
Non, car dans les années 1980, les organisateurs n’étaient pas encadrés, comme aujourd’hui, par la Formula One Management (à l’époque, la Formula One Constructors Association), dirigée par Bernie Ecclestone. J'ai été effectivement très mal secouru par les commissaires brésiliens après mon accident (casque enlevé sans précaution, absence de matelas coquille…).

Que pensez-vous des améliorations faites en matière de sécurité en F1 ?
Comme je viens de vous l’expliquer, les commissaires sont maintenant mieux formés, et la sécurité passive des voitures s’est nettement améliorée… Après les crash tests frontaux et latéraux, mon accident a obligé la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) à prendre des mesures concernant la tête des pilotes, qui restait vulnérable : un crash test de 7 tonnes à 45° est devenu obligatoire pour les arceaux de sécurité des monoplaces, l’année qui a suivi mon accident (1990). Par la suite, le cou des pilotes a été protégé par l’obligation du port du HANS (Head And Neck Support), limitant les mouvements du casque.

Croyez-vous que les évolutions techniques en matière de sécurité en F1 pourront être adaptées un jour aux véhicules de tourisme ?
Que ce soit en matière de sécurité (notamment matériaux en carbone) ou de performance (énergétique), la compétition automobile a toujours été un banc d’essai de la voiture de demain… Nous le démontrerons justement les 10 et 11 décembre prochains, lors des « ERDF Masters Kart » à Paris-Bercy, en prouvant que nous pouvons avoir aujourd’hui un spectacle « 100 % électrique » !`

 

Propos recueillis par Nicolas Valiadis


www.erdf-masters-kart.com

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires   

 
-1 #1 Isabelle PICHARD 25-06-2011 12:41
Grâce à l'interview de Philippe STREIFF, j'ai découvert ce site "Agents d'entretiens", avec beaucoup d'autres interviews intéressantes aussi!
Félicitations et à bientôt...
Isabelle
 

Copyright

Tous les droits de reproduction et de représentation sont réservés. Propriété exclusive de « agents d’entretiens. ». L’utilisation, la reproduction, la transmission, modification, rediffusion ou vente de toutes les informations reproduites sur ce site  ou partie de ce site sur un support quel qu’il soit, ou encore la diffusion sur tout autre site Internet par le biais d’un quelconque hyperlien, groupe de discussion, forum ou autre système ou réseau informatique que ce soit, et ce dans le cadre d’une utilisation à caractère commercial ou non lucratif sont formellement interdites sans l’autorisation préalable et écrite de « agents d’entretiens.. ».

UA-17706764-1
DLE 9.6 DLE   UCOZ  joomla!